Chirurgie esthétique à l’étranger : à quels risques vous exposez-vous ?

Chirurgie esthétique à l’étranger : à quels risques vous exposez-vous ?

Si la chirurgie esthétique a connu des débuts discrets, elle s’est désormais démocratisée pour finalement s’imposer auprès des hommes comme des femmes. Toutefois, l’essor de cette branche médicale a également vu naître de nombreuses dérives, parmi lesquelles le tourisme esthétique. De plus en plus de patients se tournent vers des cliniques et des chirurgiens plastiques à l’étranger, s’exposant ainsi à plusieurs risques. Voici les dangers que vous encourez en faisant réaliser votre chirurgie plastique en dehors de votre pays de résidence.

Une procédure pré-opératoire insuffisante

Une intervention de chirurgie comporte plusieurs étapes essentielles, auxquelles votre plasticien ne peut se soustraire. Toute procédure chirurgicale doit notamment s’ouvrir sur une première consultation qui vous permettra d’exposer votre problématique à votre chirurgien. Ce premier rendez-vous pré-opératoire revêt une importance cruciale : votre chirurgien sera alors en mesure de vous présenter les options qui s’offrent à vous, mais aussi de s’assurer de votre motivation et de répondre à vos questions. Et si votre chirurgie suppose d’avoir recours à des implants, votre spécialiste profitera de cette première consultation pour vous questionner sur vos attentes et vous proposer différents modèles.

En faisant réaliser votre augmentation mammaire ou votre liposuccion à l’étranger, cette première phase de rencontre et de réflexion sera trop souvent laissée de côté : il n’est pas rare que la première consultation ait lieu la veille de l’intervention. Si vous souhaitez bénéficier d’un conseil personnalisé et d’un temps de réflexion pour mûrir votre décision, il vous faudra plutôt privilégier un praticien belge dont les pratiques sont strictement encadrées par la loi.

Un suivi post-opératoire “à distance” et peu efficace

Le suivi d’une opération chirurgicale revêt, tout comme les consultations pré-opératoires, une importance cruciale. Il permet de détecter, et donc d’éviter des complications potentielles, mais aussi de vous rassurer sur les suites de votre intervention. Et pour être efficace, ce suivi doit s’appuyer sur vos ressentis, mais pas seulement. Il se fonde également sur le toucher et les manipulations du chirurgien, qui sera en mesure d’identifier de potentiels défauts sur vos implants après une augmentation mammaire par exemple.

Toutefois, en cas d’opération à l’étranger, vous bénéficierez d’un suivi “à distance”, par le biais de mails et d’appels téléphoniques. En cas de complications graves, comme une embolie pulmonaire, ou plus classiques, comme une infection ou un hématome, votre chirurgien sera donc dans l’incapacité de vous prendre en charge dans les plus brefs délais. En cas d’urgence, il vous faudra alors vous tourner vers un praticien disponible sur votre lieu de résidence, qui ne disposera pas des informations essentielles à votre suivi ou à votre traitement.

Enfin, les juridictions belges ne vous reconnaîtront aucun droit en cas de complications après une opération chirurgicale à l’étranger. Vous risqueriez donc de vous retrouver sans aucune voie de recours en cas d’insatisfaction ou, pire, de complications de santé graves. En cas de doute ou de questions, n’hésitez pas à consulter un plasticien belge avant de vous faire opérer à l’étranger !

Related posts